Les forêts et les arbres doivent être reconnus comme les premiers régulateurs des cycles de l'eau, de l'énergie et du carbone

Une remarquable synthèse sur les interactions entre forêts, eaux et énergie a été publiée dans la revue Global Environmental Change. Bruno Locatelli (UPR Forêts et Société) y figure parmi les auteurs principaux.

Les cycles de l'eau et de l'énergie gouvernés par les forêts sont mal intégrés aux prises de décisions régionales, nationales, continentales et mondiales sur l'adaptation aux changements climatiques, l'atténuation, l'utilisation des terres et la gestion de l'eau. Cela limite la capacité de l'humanité à protéger le climat et les fonctions de maintien de la vie sur notre planète. L'ensemble substantiel de recherches examiné dans cet article révèle que les interactions entre la forêt, l'eau et l'énergie fournissent les bases du stockage du carbone, du refroidissement des surfaces terrestres et de la distribution des ressources en eau. Les forêts et les arbres doivent être reconnus comme régulateurs primaires dans les cycles de l'eau, de l'énergie et du carbone. Si ces fonctions sont ignorées, les planificateurs seront incapables d'évaluer, d'adapter ou d'atténuer les impacts de l'évolution de la couverture terrestre et du climat. Notre appel à l'action vise un renversement de paradigme, d'un modèle centré sur le carbone à un autre qui traite les effets hydrologiques et climatiques des arbres et des forêts comme première priorité. Pour des raisons de durabilité, le stockage du carbone, bien que précieux, doit être considéré comme un sous-produit de cette priorité. Les effets de la couverture des arbres sur le climat aux échelles locale, régionale et continentale offrent des avantages qui exigent une reconnaissance plus forte. Les connaissances issues de recherches centrées sur les forêts et les arbres, tels qu'elles ont été analysées dans cet article, fournissent une base pour améliorer les plans, les politiques et les actions. Notre compréhension de la façon dont les arbres et les forêts influencent les cycles de l'eau, de l'énergie et du carbone a des implications importantes, non seulement pour la structure des institutions de planification, de gestion et de gouvernance, mais aussi sur la façon dont les arbres et les forêts pourraient être utilisés pour améliorer les efforts relevant de la durabilité, de l'adaptation et de l'atténuation.

Ellison, D., Morris, C.E., Locatelli, B., Sheil, D., Cohen, J., Murdiyarso, D., Gutierrez, V., Van Noordwijk, M., Creed, I.F., Pokorny, J. and Gaveau, D., 2017. Trees, forests and water: Cool insights for a hot world. Global Environmental Change, 43, pp.51-61.

Publiée : 20/09/2017

Cookies de suivi acceptés