Archipel de Tanimbar : les dernières forêts naturelles saisonnières d'Indonésie

Les dernières forêts naturelles saisonnières (ou de mousson) d'Indonésie ne se rencontrent plus aujourd'hui que dans l'archipel de Tanimbar. Comment les gérer ? Comment les conserver ? Yves Laumonier (UPR Forêts et Sociétés) et Robert Nasi (CIFOR) font le point dans un article publié dans la revue Applied Vegetation Science.

Résumé de l'article

Objectif : L'état, le type et l'écologie de la végétation saisonnière (ou de mousson) des régions du sud-est de l'Indonésie doivent être clarifiés afin d'identifier des stratégies adéquates de gestion et de conservation des ressources naturelles.

Localisation : L'archipel de Tanimbar représente un groupe d'îles au sud de la mer de Banda dans les Molluques. Le plus grand est le "plat Yamdena" (7°36′ S, 131°25′ E).

Méthodes : La végétation a été interprétée à partir des données satellitaires LANDSAT, superposées à la géologie et à la topographie selon une stratification préalable. Dans chaque strate, les sites forestiers ont été systématiquement échantillonnés en recourant à un réseau de petites parcelles de 0,2 ha (60 parcelles, 7 130 arbres) et de fosses pédologiques pour 44 des parcelles de végétation. L'indice de diversité alpha de Fisher a été utilisé avec des techniques d'ordination pour spécifier les différences dans les types de forêts.

Résultats : La forêt couvrait environ 70% de l'île, dont une forêt saisonnière à feuillage persistant (FSFP), forêt sèche à feuilles caduques (FSFC) et forêt humide à feuilles caduques" (FHFC). La canopée de la FSFP (Burseraceae, Meliaceae, Oleaceae et Dilleniaceae) atteignait 35 m environ. La densité des arbres de plus de 10 cm de diamètre était en moyenne de 632 individus/ha, la surface terrière ST était de 32 m2/ha, et la diversité des espèces (SD, Fischer α) atteignait 14,84. Les rotins abondaient dans le sous-étage. Le FHFC présentait un mélange de feuilles persistantes et de feuilles caduques de grande taille. L'étage inférieur de la végétation était à feuillage persistant. Les rotins y étaient moins courants. Diverses associations de familles botaniques ont émergé de l'ordination effectuée (Combretaceae, Fabaceae, Malvaceae et Apocynaceae ou Meliaceae, Gnetaceae, Clusiaceae). La densité des arbres étaient en moyenne de 491 individus/ha, pour une surface terrière ST de 26 m2/ha et une diversité SD de 18,73. La canopée de la FSFC (Ebenaceae, Fabaceae, Apocynaceae et Menispermaceae) était de 30 m environ. Pendant la saison sèche, toutes les espèces d'arbres perdent leurs feuilles. La densité d'arbres est en moyenne de 552 individus/ha, la ST de 20 m2/ha, et la SD de 11,58.

Conclusions : Les dernières forêts naturelles saisonnières d'Indonésie ne se trouvent plus aujourd'hui qu'à l'intérieur de l'Indonésie, dans l'archipel de Tanimbar. La coexistence de trois types de forêts saisonnières contrastées sur une petite île plate est remarquable et devrait se traduire rapidement par des décisions s'agissant de zonage, d'agriculture ou d'aménagement forestier, en évitant de reproduire les approches appliquées dans la région humide du pays. Pour réussir, l'écologie de ces les forêts saisonnières devraient rapidement devenir des zones prioritaires pour la recherche afin d'alimenter la conception de stratégies de conservation et de gestion appropriées.

Pour accéder à l'article complet : lien.

Publiée : 04/09/2018

Cookies de suivi acceptés